Livre Les jeudis muets

Forum de discussion autour du livre Les jeudis muets


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Livre Les jeudis muets » Discussions autour du livre » Si l'on parlait d'Équité Parentale dans la justice familiale ?

Si l'on parlait d'Équité Parentale dans la justice familiale ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Sylvie

Sylvie
Admin
Équité dans les droits homme-femme en cas de séparation, équité dans l'application des lois, équité dans les sanctions, équité dans la résidence de l'enfant, équité dans l'autorité parentale, équité dans la gestion des conflits...
C'est ce que fait le site Équité Parentale - Papas Modernes pour que soient considérés de la même manière les pères et les mères.
Pour plus d'équité, rendez-vous sur le site :

Et rendez-vous devant les préfectures de France le 16 janvier 2019 pour une équité indéfectible, pour le respect absolu de ce qui est dû à chacun.

L'équité dans la garde de l'enfant

L'équité doit être respectée dans la garde de l'enfant lorsque ses parents se séparent, or à l'heure actuelle elle n'y est pas puisque dans 73 % des cas l'enfant est confié à sa mère contre 7 % à son père et 17 % des enfants sont en résidence alternée. Voilà un traitement inégalitaire, partial, injuste et non raisonnable dans la mesure où l'enfant en fera les frais et son droit d'entretenir des relations avec ses deux parents ne sera pas respecté. 26 jours chez un parent, 4 jours chez l'autre... C'est un droit de visite et d'hébergement dit "classique". "Classique" dans le langage courant signifie "qui est conforme au bon goût traditionnel" ; "qui ne s'écarte pas du bon usage, des règles établies". Ce droit de visite classique est obsolète dans notre société du XXIe siècle. Rangeons ce modèle d'autrefois qui a provoqué beaucoup de dégâts, qui a ruiné des familles, dans les tiroirs de l'oubli et laissons la place à la garde partagée par priorité, plus adaptée à l'équilibre de l'enfant et à l'épanouissement des parents. Un autre choix ne devrait se faire qu'exceptionnellement. La résidence en alternance doit entrer dans la norme, être posée comme principe de base. Les études aboutissent aux mêmes conclusions : moins de problèmes de comportement chez l'enfant, bien-être physique et psychologique, équilibre affectif, attitudes comparables à celles d'un enfant dans sa famille unie.

Certaines personnes, pour contrer le choix de la résidence alternée, pour la rendre comme pire solution, arguent de "ces pauvres gamins qui se trimballent avec leur valise une semaine chez l'un une semaine chez l'autre". Elles n'ont pas l'expérience d'un enfant qui grandit sans son parent, qui aimerait tant partager avec lui ses réussites, ses difficultés, ses craintes, entendre ses encouragements ; elles n'ont pas l'expérience d'un enfant qui souffre de la tristesse de son parent injustement privé de lui... Elles parlent sans expérience, elles s'appuient sur des images toutes faites véhiculées tant de fois qu'elles deviennent naturelles sans que leur véracité soit vérifiée. La résidence en alternance demande une simple organisation de part et d'autre pour que l'enfant ne roule pas sa valise chaque week-end ou à un autre rythme entre les deux maisons. Quant au lourd sac d'école, il le porte chaque jour, personne n'en rêve. Jetons ces images stupides et organisons l'accueil de l'enfant en alternance, en toute objectivité, pas forcément dans un temps de présence identique chez chacun des parents, mais axé sur la qualité des relations quotidiennes avec chacun et le maintien des liens avec les deux familles, paternelle et maternelle.

Choisir la résidence partagée malgré ses petites contraintes est une preuve d'amour que les parents donnent à leur enfant.

Voir le profil de l'utilisateur http://jeudismuets.forumactif.org

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum