Livre Les jeudis muets

Forum de discussion autour du livre Les jeudis muets


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Livre Les jeudis muets » Discussions autour du livre » Messages privés d'invités diffusés avec leur accord

Messages privés d'invités diffusés avec leur accord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Sylvie

avatar
Admin
Après lecture des jeudis muets
Invitée sur le forum mardi 2 décembre 2014 à 15 h 52

chère Sylvie, j'ai été extrêmement touchée par le récit de ta jeunesse. Je suis restée souvent sur des interrogations: "comment peut-on vivre une enfance aussi dramatique sans avoir au cœur un sentiment de rancœur. C'est là toute la beauté d'un cœur humain qui a su au fil des années faire la lumière dans un pardon profond et une remise en cause de chacun des adultes qui avaient provoqué cet état. L'approche que tu as toujours voulu avec ta mère est un témoignage que l'amour est plus fort que la haine et qu'une mère quelle qu'elle soit reste un lien privilégié pour l'enfant.
je veux aussi souligner la volonté qui était la tienne de ne pas reproduire ce calvaire mais de donner à tes enfants ce qu'ils ont le droit d'attendre d'une mère que toi même aurais voulu recevoir.
merci aussi de t'être appuyée sur des personnes de ton entourage pour discerner le vrai du faux de ne pas avoir voulu tout résoudre par toi seule. C'est vraiment un hommage que je veux te rendre et un appel à tous ceux qui auront la force de te lire de ne jamais désespérer ce qui est trop vite fait dans notre monde d'aujourd'hui.
(Avec l'accord de l'auteur).

Voir le profil de l'utilisateur http://jeudismuets.forumactif.org

Sylvie

avatar
Admin
Après le 8e Salon du Livre de Kercabellec dimanche 31 juillet 2016, Mesquer-Quimiac
Message de Jean-Pierre samedi 10 septembre 2016

Bonjour Sylvie,
Votre livre, le premier si j'ai bien compris, est une pure merveille.
Vous maniez la langue française aussi bien qu'un universitaire spécialiste de la langue de Racine et Corneille, ou qu'un philosophe spécialiste des relations entre l'homme, sa pensée et sa vie.
Longtemps, j'ai cru que vous aviez fait hypokhâgne et khâgne, pour ensuite enseigner le français. Votre maîtrise de la pensée est étonnante car vous arrivez à traduire les choses vues et ressenties de façon remarquable, précise, expressive, imagée, dense, avec une lucidité dans l'analyse époustouflante.
Si vous aviez souhaité faire des études supérieures pour devenir prof de fac, vous auriez forcément réussi à atteindre votre objectif.
Bravo, vous avez réussi une belle performance, et, si j'étais membre du jury, je vous proposerais pour le prix Goncourt.
Au départ, "j'ai craint de souffrir", car faire souffrir un enfant me révolte toujours, mais j'ai voulu vous lire, durant nos trois semaines passées en Normandie en août.
Permettez-moi de citer quelques-unes de vos lignes que j'ai particulièrement aimées:
- p 328: Un ami comparable à l'océan: on n'en atteint pas la limite.
(j'aurais envie d'écrire cela aussi à propos de ma femme)
- p 332: Elle ne fleurit pas les tombes du cimetière de l'oubli.
- p 369: La remémoration partielle d'émotions salutaires assure la continuité de ce bonheur, même en l'absence de celui-ci.
Mais je pourrais en citer mille autres.
16 années d'une jeunesse gâchée par "une maman en souffrance" elle aussi, c'est dur, mais, reporter sa souffrance sur ses trois filles en se vengeant de son ex mari sur ses propres enfants, pour moi, c'est un crime.
Quand je songe à la belle jeunesse que j'ai eue, avec des parents aimants, avec des beaux voyages sur la Côte d'Azur dans la propriété de ma grand-mère, avec nos vacances au bord de la mer en Normandie dans la maison de vacances de mes parents... plus je vous lisais, plus je souffrais.
Je suis bien né, comme vos enfants et petits-enfants, comme nos enfants et petits-enfants. On ne s'en rend pas toujours compte car le bonheur paraît alors être une chose toute naturelle et normale.
Vous avez su vous en sortir, vous avez toujours été positive et confiante, c'est cela qui vous a sauvée.
Et puis, si j'ose me permettre une expression ou impression, vous êtes tombée sur une perle... je veux parler de Michel, bien sûr, comme moi avec ma Michelle.
Nous avons été heureux de vous rencontrer au salon du livre de Mesquer.
Bien amicalement,
Jean-Pierre
(Avec l'accord de l'auteur).

Voir le profil de l'utilisateur http://jeudismuets.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum